mercredi 30 avril 2008

La fin des éditions Jean-Michel Place











La nouvelle a été annoncée avant même la décision de justice par le journal Le Monde : les éditions Jean-Michel Place ont déposé leur bilan. Une aventure de trente ans se termine.

J’ai eu la chance d’y participer, en entrant dans le comité de rédaction de la revue Vertigo, alors publié par Place, puis en ayant la chance d’y créer une collection, Histoire figurée, qui a comporté quatre livres, dont deux figurent parmi les meilleures ventes de la maison. Je suis l’auteur du premier d’entre eux, Chaplin, la grande histoire, autour duquel nous avons construit le format et le style de la collection. De cette aventure, je garde un souvenir extraordinaire.

C’était pendant le printemps et l’été 1998. J’avais eu la chance de gagner la confiance de la responsables des archives de Charles Chaplin, Kate Guyonvarch. Celle-ci avait convaincu la famille de l’illustre cinéaste de me permettre de faire un livre sur la genèse du Dictateur. J’avais alors eu accès au trésor des photographies de la production du dernier film où apparaissait le petit vagabond. Après en avoir sélectionné une centaine, j’avais commencé à construire le chemin de fer du livre, en associant les images à un texte que je composai au fur et à mesure. Puis vint la rencontre avec le peintre Michel Mousseau, qui était directeur artistique des publications de Place.

Nous avons alors réfléchi ensemble au format qui devait convenir à ce livre, mais aussi devenir la référence des ouvrages suivants. Autant dire que ce format ne correspond à aucun de ceux généralement utilisés. Puis vint le choix du papier. Michel Mousseau fit plusieurs propositions et je demandai à voir trois types de papier. Comme ces échantillons n’étaient pas découpés, leur taille nous obligea à sortir dans la rue et à les apposer sur un véhicule, pour les déployer et voir ce qu’ils donnaient à la lumière. Il s’agissait aussi de les saisir et d'apprécier leur tenue en main. Commença ensuite le travail de mise en page où Michel, à partir d’une proposition que je lui faisais, demandait la suppression de tel ou tel élément, établissait une hiérarchie entre photos et texte, proposait de laisser la page respirer. Si le texte était trop long, je le coupai, s’il manquait un document, je l’ajoutai. Dans tous les cas je privilégiai la composition de la page, l’équilibre visuel de la succession des images, l’épure du texte.

Les critiques furent très laudatrices. Dans Libération, Gérard Lefort consacra trois pages au livre, appréciant en particulier la manière dont images et textes se répondaient, laissant une place au lecteur pour se faufiler dans le cheminement du livre.

Après le Chaplin, nous publiâmes un travail collectif autour de la cinéphilie de Serge Daney. Puis nous nous lançâmes dans une autre grande aventure, celle de la première édition en français (et de la réédition en anglais) du grand livre de Dorothea Lange, An American Exodus, grâce au concours de Sam Stourdzé. Le quatrième et dernier livre fut consacré au cinéaste Jean Epstein, sous la plume de Vincent Guigueno.

De courte durée, l’aventure ne fut pas moins "profitable". Merci à tous ceux qui ont fait vivre ces éditions, de Jean-Michel Place à Vincent Gimeno, en passant par Michel Mousseau. Retrouvez ce dernier, en compagnie du poète Zéno Bianu dans l'exposition de leur dernière œuvre commune à la Maison de la poésie.




2 commentaires:

jacques frémat a dit…

Interessant,cette genèse d'une
collection qui n'est pas passée
inapercue;

wildcarrot a dit…

Très belle collection en effet, et dont le premier ouvrage reste une merveille d'équilibre.

A noter que la disparition des éditions Jean-Michel Place a eu pour fâcheuse conséquence de condamner à l'oubli définitif le très prometteur - et très controversé - ouvrage Cricri d'amour, un mythe, ouvrage qui aurait fait date dans l'histoire de l'édition.